Romain & Austin in New York

Romain & Austin in New York

L'aventure new-yorkaise d'une famille de français depuis 2007

"Une Francaise a New York", a lire avec moderation

J'ai dévoré ce livre en quelques jours, non par pour son suspens mais pour voir si j'allais y trouver quelques vérités. Ce ne fut pas toujours le cas, aussi j'ai fait pour vous une selection de ce que je trouvais realiste ou non.

Commençons par le positif. Voici ce avec quoi je suis d'accord :

- Le déjeuner :
"La différence fondamentale entre les Français et les New-Yorkais. La frontière absolue, infranchissable entre les deux pays. En général, les seconds ont pour consigne de ne pas perdre leur temps et de manger au bureau. C'est le truc qui horrifie tout Français normalement constitué."
Pour moi, c'est vraiment le plus gros choc culturel dans ma boite. Le pire, c'est quand ma société commande un buffet. Tout le monde vient se servir puis retourne manger dans son cube devant son écran.

- La vie en cubicle :
"Le cubicle est un simple espace de quatre mètres sur quatre, cern
é de tous les cotés par de légères cloisons. Celles-ci ne montent jamais jusqu'au plafond. Vous avez donc l'impression d'être enfermé dans une cage a ciel ouvert, avec vue imprenable sur les néons."
Moi qui me plaignait de notre grand open-space sans cloison dans mon ancien job, je me retrouve dans un cube. Et le mien est beaucoup plus petit que celui
décrit par l'auteur (elle parle certainement d'un cubicle de chef), moi j'ai le droit a 1 mètre sur 1 mètre.

- Les brokers :
"A chaque visite d'appartement, le broker vous préviendra immédiatement que vingt personnes sont prêtes a prendre ce studio merveilleux a 2500 dollars par mois si vous ne signez pas un chèque tout de suite. L'accent étranger n'est pas un plus. Vous êtes pour lui la proie idéale, le gogo qui vite et bien peut signer n'importe quoi par peur de ne pas avoir."
C'etait exactement notre situation il y a un an. Nous avons eu la pression du broker (l'agent immobilier) pour signer sur le champs a 22h pour notre merveilleux 1 bedroom très recherché avec vue imprenable sur le mur de la cour intérieur.

Et voici avec quoi je ne suis pas d'accord :

- Les machines a laver et les cuisinières dans les rues :
"Aux croisements des beaux quartiers, les rues regorgent de machines a laver a peine utilisées et de cuisinières flambant neuves."
On a beau habiter un beau quartier, je n'ai jamais vu de ces belles machines dans les rues. On trouve des lits, des canapés et autres meubles mais pas d'électroménager. En plus, les machines a laver sont rares dans les appartements (elles sont communes au sous-sol ou sur le palier).

- La recherche d'appartements dans la presse :
"Dans le métro, chaque débutant en ville se reconnaît a sa main encadrant nerveusement l'annonce [découpé dans le New York Times] promettant monts et merveilles."
Je pense que l'auteur en est restée a l'époque ou elle est arrivée a New York (il y a 12 ans). Les annonces papiers ont été largement dépassées par Internet avec ici l'incontournable Craigslist.

- Le pantalon vert du Casual Friday (la meilleure dans les absurdités de ce livre) :
"Pour les hommes, un pantalon de ce casual Friday est souvent vert."
Je vais tacher d'être attentive vendredi dans la rue mais franchement je ne vois pas ou elle a vu cela. Mon cher mari ne va jamais le vendredi au bureau avec un pantalon vert (d'autant plus qu'il a horreur de cette couleur).

Voici les points qui m'ont le plus marqués mais il y a certainement d'autres choses qui feraient sourire mes lectrices expatriées a New York.

Sur d'autres parties du livre, je ne peux pas juger car je ne l'ai pas vécu. Par exemple, elle écrit un chapitre sur le fameux "date" (le rencart, le rendez-vous galant). Je ne suis pas experte en la matière mais je crois qu'elle doit être dans le vrai quand elle parle d'un événement très codé avec des objectifs très clairs. Idem sur tous ses écrits sur les procès, cela ne fait heureusement pas partie de mon quotidien.

Enfin surtout j'ai retenu de ce livre un récit bien triste de son quotidien a New York ou elle vit pourtant depuis 12 ans. Elle décrit les New Yorkais comme des acharnés du travail qui bossent 90 heures par semaine, qui profitent des jours fériés pour dormir et qui ne sortent pas tellement car ils sont trop fatigués. Perso, je n'ai jamais aussi bien respecté les 35h qu'a New York et vu le monde au café de Bryant Park a partir de 17h30 je ne suis pas la seule a quitter le bureau tôt.

Pour celles qui habitent New York et qui ont envie de le lire, vous pouvez le trouver a la bibliotheque publique (NYPL). Il sera disponible des que je l'aurai rendu dans les prochains jours...

Partager cet article

Commenter cet article

Flo 03/09/2008 14:17

J'ai ete decue moi aussi par le livre mais comme toi j'etais quand meme d'accord sur quelques points, le dej devant l'ordi (et depuis je m'y suis mise aussi... Sad but true)... Le cube (que je quitte bientot mais sa decription est tellement vrai) et les horaires (je ne pars jamais avant 20h!) et manque de vacances. En fait toute la premiere moitie est assez veridique et drole et puis la deuxieme moitie sans saveur et barbante, comme si elle avait epuise ses anecdoctes des le moitie du livre.

small pomme 25/08/2008 16:05

C'est simple... Je partage tout à fait ton analyse... J'ai ressenti la même impression à la lecture de ce livre. De même pour " Les Pintades " que j'ai trouvé insignifiant à souhait alors que tout le monde en fait une référence indispensable quand on veut s'installer à NY.

Anne 23/08/2008 19:13

Ah, moi aussi je l'ai lu ce livre et je suis d'accord avec toi sur les " pas d'accord"!!!! Non, non pas de machines à laver dans les rues ( ah,ah,ah!!!!)et craiglist est bien la référence. quant à dire que les Américains travaillent 24h sur 24h, ouais, il y a pas mal de monde dans les parcs et d'ailleurs sont ils plus efficaces que les Français????

peaudane in NY 23/08/2008 01:37

Oui il faut mieux lire les pintades, c'est vrai et drôle en plus ;-))

Gregory 22/08/2008 15:50

Bonjour
Comme autre bouquin il y a "les pintades a new york". C'est une chronique de la vie des new-yorkaises vues par 2 françaises. A Lire.

Gregory

Morgan 22/08/2008 13:15

Bonjour à tous !!!
Connaissez un autre ouvrage d'un français ou d'une française qui raconte son quotidien à New York city ???
car apparament il ne faut pas lire l'ouvrage dont vous parler !!!
A bientôt
Morgan

alice 22/08/2008 02:01

j'ai lu ce livre il y a un an quand on m a annonce que je partais pour NY et je me suis dit que c etait un peu le styles des pintades et bien pas du tout moi aussi j'ai ete mega decue!

parisienne 21/08/2008 22:34

Ah et j'ai oublie de dire, moi j'ai un bureau, avec des vrais murs, une porte ET comble du luxe, une fenetre!!! La claaaaaaaaaaaaaasse!

Severine 21/08/2008 21:01

Claudine - Je vous prepare un article special recherche d'appart a paraitre tres prochainement (probablement demain).
Stephanie - Je pense que je detiens le record du plus petit cube. J'ai le plus petit de ma boite (enfin les autres ont 20 cm2 de plus que moi).

Stephanie 21/08/2008 20:56

C'est toujours bizarre, ces livres d'expatries... Il y a souvent des choses completement fausses et les auteurs se targuent de detenir la verite absolue, en plus !
Sinon : mon cube fait 2 metres sur 2 - si ca interesse quelqu'un de le savoir !
:-P
Bisous !

Dolce 21/08/2008 16:47

Eh bien, ca ne donne pas tellement envie de lire. Pauline avait l'air de dire que c'etait bof, et pour moi, tu confirmes ! Bizarre d'ecrire un livre sur une ville pour tout critiquer... ou bien tres francais finalement...

peaudane in NY 21/08/2008 15:53

J'avais envie de le lire, et bien tu m'en as dissuadé !!!!!! si c'est pour lire autant de bêtise, c'est vraiment pas la peine. Le coup du pantalon vert, c'est excellent :-))) jamais vu non plus, et mon homme n'a pas cela dans ses placards.

parisienne 21/08/2008 15:15

J'ai lu le livre en quelques jours aussi, mais pas a cause du suspenses c'est sur! J'ai trouve le livre completement vide, plein de banalites, de cliches. On dirait qu'elle a passe 2 semaines a New york avant d'ecrire son livre. Je ne peux que le deconseiller. Je serai ravie de le donner a qui veut!

claudine 21/08/2008 13:41

Bonjour!
Je lis votre blog très régulièrement mais je ne laisse pas de commentaires. Aujourd'hui, je me décide à écrire un petit message.
Mon fils habite New-York dans un appartement en colocation. Il veut prendre un one bedroom (Manhattan ou éventuellement Brooklyn, Williamsburg).
Je me renseigne pour lui (bien qu'il essaie de se renseigner aussi mais il n'a pas beaucoup de temps!) pour savoir ce qui est le mieux pour en trouver un !
Comme vous habitez là-bas, je me permets de vous poser quelques questions.
Est-ce par la Craigslist ou par une agence qu'il vaut mieux faire des recherches?
Connaîtriez-vous une agence correcte?
Je suis un peu affolée des prix qui me semblent supérieurs à ceux de Paris !
Je vous remercie à l'avance de bien vouloir me répondre !
J'envoie à mon fils votre texte sur le livre une Française à New-York et je vais lui conseiller de lire votre blog !
C'est toujours intéressant de lire le vécu de Français à l'étranger !
Bonne journée ! Claudine